Startups: Les 28 fautes à éviter

Startups: Les 28 fautes à éviter
Vous êtes entrepreneur dans le cadre d’’une startup, vous avez donc forcément commencé votre aventure par de grands rêves. En tant qu’entrepreneur, vous avez des compétences et un dévouement sans faille. Vous contrôlez votre destin, et vous êtes là pour créer de la richesse et faire prospérer votre startup.

Ça c’est le bon côté des choses. Le mauvais côté c’est qu’il y a toujours un risque d’échec. Il faut donc minimiser ce risque en évitant quelques fautes qui pourront nuire à votre startup.

Ci-dessous, vous avez un certain nombre de fautes, parfois évidentes mais auxquelles vous pouvez ne pas en prêter attention quand vous entreprenez vos projets au quotidien.

 

1 – Oubli des clients existants

Si vous venez de livrer votre projet à un client, sachez que ce n’est que le début d’une relation gagnant-gagnant. Un client, quel que soit sa taille, doit rester aux yeux d’une startup un client important. Oui, tous les clients sont importants, sans aucune exception. Votre client est votre ambassadeur. Il a une influence sur votre image sur le marché. Répondez rapidement à ses messages, à ses appels, et appelez-le au moins 2 fois après que le projet soit délivré, dans le but de savoir si tout se passe comme convenu.

 

2 – S’engager sur des projets loin de votre compétence

Il arrive que vous vendiez du miel et que vous acceptiez exceptionnellement de livrer des oranges à un de vos clients. Il est évident que si vous êtes bon en commerce de miel, vous ne le serrez pas forcément dans le commerce des oranges car c’est un domaine que vous ne connaissez pas. De ce fait, vous êtes exposé au risque d’échouer votre projet d’oranges en ne générant aucune marge de profit. Un conseil : faites ce que vous savez faire.

 

3 – Absence de service clients

Quel que soit le profil des collaborateurs d’une startup : designer, développeur, manager, agent commercial, vendeur de boutique … Tous doivent être formés pour servir les clients (répondre au téléphone, gérer les problèmes, aiguiller sur les bonnes personnes à contacter …). En gros, le service client est l’affaire de toute la startup. Un service client doit être de qualité sans faille. Il doit également être efficace et rapide. Assurez-vous d’avoir un service client et un sens de support partagé par toute la startup.

 

4 – Contact pas très direct avec le client

Si vous avez travaillé dans une grosse boîte, vous avez peut-être hérité cette façon « inefficace » de contacter vos clients. Vous favorisez les emails au lieu des contacts téléphoniques. Vous favorisez également les contacts téléphoniques au lieu des contacts face-to-face. Oubliez cette façon de gérer le contact client immédiatement, car c’est source de confusion et de mauvaise compréhension. Favorisez le face-to-face quand c’est possible. Ainsi vous éliminez la probabilité d’un email mal compris ou d’une conversation téléphonique confuse.

 

5 – Projets, affaires du manager ou CEO seulement

C’est justement le problème rencontré par plusieurs entreprises. Tout le monde doit être au courant (ou du moins avoir les moyens de l’être) des détails des projets sur lesquels chacun travaille. La visibilité end-to-end aide chacun à se repérer à chaque phase du projet. Et surtout, se motiver car le désigner sait que son icône du bouton « Valider » va être utilisée des milliers de fois par jour et qu’elle est un élément essentiel du produit final.

 

6 – Ne pas donner des status réguliers au client

Rien ne peut inquiéter plus un client que du temps et de l’argent investis dans un projet sans savoir ce qui se passe pendant sa durée de développement. En tant qu’entrepreneur, vous avez un rôle de communication. Vous devez donc fournir des status réguliers, brefs et précis à votre client à chaque milestone du projet. Selon votre activité, si vous êtes Startup en informatique, le modèle agile doit absolument intégrer vos projets. Ce modèle permet d’intégrer le client dans les phases de validation après le développement de chaque partie du logiciel. Le client est donc là pour vous donner son feed-back et changer éventuellement votre façon de tester. Cela a un effet très positif sur votre logiciel car le client était là pendant son développement. Vous évitez donc toute mauvaise surprise si vous aviez développé votre logiciel dans votre petit coin.

 

7 – Ne pas accepter la critique

Acceptez la critique de vos compétiteurs, de vos clients et de votre personnel. Sans critique, vous ne pouvez pas progresser. La critique doit être considérée positivement. Quand vous proposez un produit pour être vendu en ligne, il est indispensable de proposer une zone commentaires où les utilisateurs peuvent donner leurs avis sur votre produit. Les avis peuvent changer d’un utilisateur satisfait à un autre qui ne l’est pas. En tant que responsable du produit, vous êtes obligé de considérer les avis négatifs afin d’améliorer votre produit. Cela s’applique également quand vous écrivez un article sur votre blog et que vous recevez une critique sur telle ou telle chose. Quant à vos collègues ou votre personnel, il ne faut pas oublier qu’il sont là pour contribuer à la richesse de la startup et donc leurs critiques, doivent complètement prises en compte.

 

8 – Faire tout pour plaire et dire oui à tout

Dans le domaine des startups, on veut être visible sur le marché, progresser rapidement, plaire à nos clients et les fidéliser. Par conséquent, il arrive d’accepter des modifications demandées par les clients soit au cours du projet et parfois même après que le projet soit fini. Si les changements demandées ne sont pas décrites dans le cahier de charges ou n’étaient pas prévues quand le projet était lancé, vous risquez de soit : livrer votre produit en retard, ou bien travailler gratuitement pour votre client à moins si vous le faites sur devis. N’acceptez pas toutes les demandes des clients. Disons le maintenant moins agressivement : N’acceptez pas sans mesurer l’impact de ces demandes sur votre productivité et sur le projet en totalité. Analysez avant de dire oui. Parfois le client veut une fonctionnalité dont il peut n’en avoir pas besoin. Alors analysez, comprenez avant d’agir.

 

9 – Pas de compromis entre prospection et fidélisation

Votre but est de produire et vendre vos produits. Vous prospectez des nouveaux clients à qui vous voulez vendre vos produits. C’est une tâche Marketing qui est onéreuse en termes d’efforts et d’argent. D’un autre côté, vous avez vos clients existants que vous devez fidéliser. Cela demande aussi des efforts. La faute fréquente des startups, c’est qu’elles ne savent pas trouver l’équilibre entre prospection et fidélisation. Si vous oubliez vos clients existants pour vous concentrer complètement sur vos nouvelles ventes, sachez que ces clients vous oublierons aussi.
La fidélisation doit faire partie de la politique Marketing tout comme la prospection des nouveaux clients. Quand vous proposez un produit à un nouveau client, celui-ci peut vous demander de rajouter ou corriger une option dont vous n’avez jamais y pensé. Quant à vos anciens clients, ils ont l’avantage de bien connaitre votre produit, parfois mieux que vous. S’approcher d’eux et les fidéliser à travers des mises à jour d’options, demande de sondages ou proposition de nouvelles gammes de produits, ne peut que jouer en faveur de votre image sur le marché.

 

10 – Ne pas répondre à une question qui n’est pas posée

Cela rejoint la faute mentionnée précédemment qui consiste à vouloir plaire à ses clients à tout prix. La startup veut montrer qu’elle maitrise son domaine et que le client ne doit pas regretter de l’avoir choisie. Le cas classique c’est quand un client pose une question, ou demande une information. Vous lui répondez sans analyser ce qu’il demande. Un exemple c’est quand un client demande comment fonctionne une option sur un logiciel. Pour l’aider, vous lui fournissez le guide utilisateur contenant 200 pages sans lui montrer exactement où doit-t-il trouver l’information qu’il cherche. L’alternative serait de lui indiquer exactement l’information demandée et s’assurer après qu’il l’a bien comprise. Un autre exemple plus frappant, c’est quand votre client vous pose une question, et comme vous ne savez pas la réponse, vous vous créez une réponse quelconque juste pour cacher votre ignorance. Ne le faites pas, car c’est justement là où votre client saura que vous êtes ignorant. Ce que vous pouvez faire dans ces cas c’est dire d’abord que vous prenez note et revenir vers lui dès que vous avez l’information qu’il cherche.

 

11 – Rédiger ses emails avec du langage compliqué

Faites l’effort d’écrire des emails simples à comprendre. Votre but au final et de faire du business et non pas de la poésie. Votre client comprendra mieux vos emails car il les consulte dans le métro pendant un temps très limité. Soyez simple, modeste dans vos choix de phrases. Allez droit au but quand vous voulez dire quelque chose. Notre langue française est répandue être complexe, et c’est la raison pour laquelle l’anglais la dépasse dans le monde du business. Alors pas de complication dans vos structures de phrases et choix de mots. N’oubliez pas que vos clients sont de cultures diverses, et si vos phrases contiennent des expressions populaires, cela peut être mal interprété ou mal compris. Evitez donc les expressions populaires, le jeu de mots et les mots complexes dans vos échanges avec vos clients.

 

12 – Pas de culture startup

Une culture de startup représente l’esprit unique de celle-ci. Une startup doit avoir sa culture propre à elle. C’est son identifiant unique dans le marché. La culture de la startup motive les employés et leur donne un sentiment d’engagement et d’appartenance intégrale à la startup. En outre, elle reflète à vos clients la solidarité de vos collaborateurs, leur cohésion et donc une assurance forte que votre startup est fiable pour délivrer des projets. Une culture de startup doit reposer sur un certain nombre d’éléments comme : le partage, la convivialité, le respect de chacun, les méthodes de travail, etc. Si tout le monde adhère à cette culture, vous garantissez la productivité de votre startup. Rappelez-le régulièrement car c’est votre rôle en tant que manager. Utilisez tous les moyens de communication dont vous disposez : Emails, Flyers sur les murs, etc. Si vous remarquez qu’un de vos collaborateurs n’adhère pas à la culture de la statrup, alors il faut absolument aborder ce sujet avec lui en face-to-face.

 

13 – Garder les employés négatifs

Un collaborateur négatif accueille les changements avec méfiance et rejet et parfois colère. Avec son caractère, il peut contaminer les autres collaborateurs, ce qui peut influencer négativement sur la productivité de votre startup. Dans un évènement startup auquel Webeazy avait participé, il y avait un gérant d’une startup qui racontait l’histoire du début de son aventure. Avant d’avoir créé sa startup avec 3 amis, ils avaient passé 1 mois ensemble sous le même toit, afin que chacun découvre l’autre de plus près. Le but final de cette expérience était de découvrir les points positifs et négatifs de chaque personnalité. S’il avérait qu’une personne n’avait pas la qualité de la patience ou n’arrêtait pas de se plaindre, alors il fallait faire le choix dès le départ de ne pas l’engager dans l’aventure startup. Cette méthode de filtrage au début est très efficace. Cependant, il se peut qu’on découvre qu’un collaborateur soit négatif après avoir lancé sa startup. Pour cela il y a deux choix : s’approcher de la personne en question pour comprendre le fond du problème et essayer de le résoudre, ou bien virer cette personne. Chuck Sekeres dit : Hire Slow, Fire Fast; Embauchez lentement, virez rapidement.

 

14 – Complication

Oubliez votre passé dans les grandes entreprises. En tant que startup, vous êtes engagé de créer de la richesse dans un marché versatile et mobile. Cela vous oblige à optimiser votre gestion quotidienne de la startup. Optimisation veut dire :

  • Pas de temps à perdre dans les choses qui ne contribuent pas en faveur de votre productivité.
  • Réduction du nombre de meetings internes. Par conséquent, vous devez garder que les meetings qui sont vraiment utiles pour vos collaborateurs et pour l’avancement de vos projets.
  • Réduction des communications par emails avec vos collaborateurs : Ça ne coute absolument rien de se parler en face-to-face sur un sujet pendant 2 minutes au lieu d’échanger des emails sur le même sujet pendant 2 jours. Vous évitez donc le risque de mécompréhension et la perte d’emails.

 

15 – Pas d’agilité

A Webeazy, nous pratiquons en permanence l’approche «tester-échouer-apprendre-tester-réussir-gravir». On a trouvé que c’est la façon la plus adéquate pour décrire le développement agile. Nous sommes heureux qu’on échoue tant qu’on va en tirer la bonne leçon rapidement et démarrer sur une nouvelle solution. Une fois la solution trouvée, nous gravions l’échelle qui nous amène vers la livraison du projet. A la phase “échouer-apprendre”, il ne faut pas hésiter, tarder ou tergiverser. En faisant ça, on risque d’échouer et d’arrêter le projet. Pire encore, on risque de perdre nos clients. En cas d’hésitation, prenez du recul, rappelez-vous le but de votre projet et essayer de reconsidérer les priorités du projet. Faites en sorte que l’échec soit rapidement terminé, que la leçon soit comprise par vous et vos collaborateurs et puis, avancez.

 

16 – La compétition n’existe pas

Pour une Startup travaillant sur un produit qu’elle estime maîtriser, il arrive qu’elle oublie ce qui se passe à l’extérieur d’elle. Se focaliser sur l’excellence de son produit ne suffit pas pour réussir dans un marché. On découvre souvent notre niveau quand on participe à des forums qui rassemblent d’autres startups. On se rend compte immédiatement qu’on n’est pas seuls dans ce monde et que nos idées et produits risquent d’être dépassés par d’autres startups ou entreprises. Garder un œil près de ce qui se passe dans le monde startups contribue énormément à traiter des points manquants dans les deux stratégies produit et marketing de la Startup. Il faut que chaque collaborateur soit conscient dans chaque ligne de code qu’il produit, ou milestone qu’il définit sur MS project, ou directive marketing qu’il applique : La compétition et s’attaquer à ses points faibles ou manquants. Au final, le produit qu’on délivre sur le marché devient mur et remarquable.

 

17 – Pas de patience

Un projet ou un développement de produit peut prendre des mois voire des années selon sa composition, ses parties prenantes, son contexte économique, son sponsor, son budget et bien d’autres critères. Il s’agit bien d’un marathon. Il faut donc avoir le souffle et être patient. Si on est patient, le résultat arrivera sans doute. Mais pour être patient, il faut croire. Que vous soyez le manager de la Startup, ou un collaborateur, vous devez croire à ce que vous voulez atteindre. Il faut bien évidemment avoir une visibilité sur votre projet. Savoir ce que la petite icône « lettre » que vous dessinez depuis 2 jours sur Photoshop, à quoi sert-elle et à quels endroits sera-t-elle intégrée, représente pour la plupart des designers un petit détail. Pourtant, le savoir permets de connaître le poids de sa contribution dans le produit et d’une manière générale dans la Startup. Cela aide à être patient et à renouveler le souffle. Encore une fois, le résultat sera surement au rendez-vous si on est patient.

 

18 – Oubli du but initial

Que ça soit le but établi initialement pour le produit ou le but majeur qui est celui de la Startup, il arrive souvent qu’on soit pris par des tâches quotidiennes qui nous font oublier pourquoi on vient travailler chaque jour. Il est du devoir du manager de rappeler et se rappeler pourquoi chacun fait son travail quotidiennement, quel est l’objectif de la Startup, et quelle contribution chacun apporte à la valeur du produit final. Ce rappel permet de booster la motivation de chacun des collaborateurs. Ainsi chaque collaborateur va aller jusqu’au bout dans sa tâche mais aussi il aura une prise de recul importante qui va l’aider à améliorer sans cesse la qualité de sa contribution.

 

19 – Lâcher sa croyance

Imaginons que vous avez établi un business plan pour un produit sur les deux à trois années à venir. Sachant que le marché change chaque seconde, les priorités des consommateurs aussi, vous avez donc un risque que votre business plan échoue. Rien que cette idée vous fait peur et par conséquent, influe sur votre croyance en votre produit. Vous ne devez jamais, jamais, jamais (3 fois, désolé) laisser tomber votre business plan surtout quand les conditions de son applicabilité fluctuent (l’Euro perd sa valeur, prix pétrole baisse …). Quand les conditions ne sont pas bonnes, il faut au contraire tout faire pour que votre business plan fonctionne. N’oubliez pas que votre business plan a été fait par vous, avec le cœur et l’amour, alors sans doute il fonctionnera. Il suffit d’y croire.

 

20 – Stopper d’innover et d’apprendre de nouvelles choses

Dans une Startup on est souvent voire toujours en manque de temps. On fait plein de choses différentes entre les affaires administratives, la prospection des clients, le support client, le développement des produits (heureusement), ce qui résulte en une semaine (incluant les week-ends) trop chargée. Même en prenant des vacances, on continue à réfléchir business. Tout ça montre qu’on est déterminés à réussir notre business sauf qu’il nous manque un élément important que d’autres concurrents peuvent l’utiliser et donc nous devancer. Cet élément s’appelle l’apprentissage. Appelez-le ce que vous voulez : auto-formation, mise à jour de connaissances… Le plus important c’est que vos tâches quotidiennes ne vous laissent guère le temps de vous inspirer, de lire et d’apprendre de nouvelles choses. C’est la raison principale derrière le manque d’innovation de plusieurs produits de Startups en France. Chaque collaborateur doit se donner un morceau de temps régulier pour lire apprendre, être au courant de nouveaux produits et s’inspirer. Si vous voyez que vos produits ne sont pas ou ne sont plus innovateurs alors consacrez-vous du temps pour regarder ce qui vous entoure, vous n’allez certainement pas perdre du temps mais au contraire.

 

21 – Vouloir être comme les modèles winners (Facebook, Google, WhatsApp …)

Ces winners ont réussi parce qu’ils ont introduits des produits et services dont la majorité des internautes se sont servi et continue à le faire. Sauf il n’y a pas que ça comme raison. Il ne faut pas oublier que les facteurs de réussite d’une Startup sont très variés. Google ou Facebook ont réussi parce que d’abord le timing était en leur faveur. De surcroît, Le climat du marché (pas de concurrents aussi innovants) a contribué largement pour que Facebook et Google soient adoptés par les internautes. Rajoutant à ceci l’environnement politique, économique et entrepreneurial avantageux qui existaient à l’époque de la naissance de ces deux géants et bien entendu le talent et la compétence de leurs créateurs. Tout cela et bien d’autres facteurs ont convertis des petites startups en grands géants de net. Cependant, cela ne doit pas décourager une Startup à avoir des grandes ambitions d’expansion. Avoir l’ambition c’est bien mais vouloir appliquer le même modèle de réussite de WhatsApp pourrait nuire à votre business. Sachez qu’il n’existe pas de formule de réussite. Chaque formule change d’une Startup à l’autre. Créez-vous même votre formule.

 

22 – Pas suffisamment geek

Quel que soit votre business : boulanger, agence web, consultant en e-commerce il est d’abord pas admissible de ne pas avoir un smartphone. On vit dans un monde connecté, et si vous n’êtes pas connecté alors votre business et tout simplement déconnecté de la réalité. A moyen ou à long terme vous aurez sans doute du mal à garder la réussite et l’expansion de votre business si vous ne suivez pas et lisez pas le contexte et les informations qui vous entourent. Soyez donc éveillé et utilisez le maximum de technologies, d’outils et appareils (iPad, montre connectée…), d’applications de gestion et organisations de projets (il y en a énormément qui sont gratuites) car la technologie est faite pour vous faire gagner du temps et de l’argent. C’est bien votre devise non ?

 

23 – Etre arrogant

Beaucoup de créateurs de startups ont quittés leurs précédents postes dans des entreprises petites moyennes ou grandes pour se lancer dans leur propre aventure. Quelques-uns croient qu’en faisant ainsi ils ont réalisé le grand pas et qu’ils sont maintenant mûrs, capables et forts. Certains se vantent d’avoir un produit qui n’existe pas ailleurs, d’autres considèrent que le simple fait de devenir autoentrepreneur ou indépendant est en soi un accomplissement et donc se vantent pour ça. Ce qu’ils doivent savoir que même s’ils arrivent, et même s’ils réussissent et même s’ils grandissent, ils n’ont pas le droit de se considérer supérieurs aux autres compétiteurs. L’arrogance peut tuer un business car elle laisse son adopteur considérer qu’il est le seul sur la planète à avoir son truc spécifique. Une Startup arrogante ne va pas se comparer à ce qui lui entoure et va finir très rapidement à couler.

 

24 – Pas d’enquête de satisfaction après la livraison

Ne pas oublier ses clients après leurs avoir livrés un produit relève d’une importance absolue comme c’est dit précédemment. Un simple email ou téléphone leur demandant leur avis sur le service rendu ou le produit délivré est un must. Une enquête de satisfaction doit être bien préparée avec des questions qui aideraient la Startup à améliorer ses prochaines prestations. L’enquête doit être accentuée sur la qualité du service rendu ou produit délivré, sur l’efficacité de la gestion client pendant le projet et sur la valeur apportée au client par ce service ou produit. Le client se sent pas oublié après la livraison et comprend que son avis compte et pas seulement les quelques euros qu’il a dépensé pour avoir le service ou le produit. Une chose à retenir : n’oubliez pas vos clients.

 

25 – Beaucoup de Distraction

Rester concentré sur le business et sur le travail est la devise de succès. Se laisser distraire par des appels, des emails, des chats, des tweets, etc, est tout simplement se laisser aller vers l’échec. En tant que Startup vous devez vous organiser. Chaque tâche doit avoir son temps qui lui est consacré. Voici quelques conseils pour être plus concentré :

  • Consultez vos emails à des horaires bien définis et pas à chaque seconde.
  • Travaillez votre stratégie marketing une fois par semaine.
  • Définissez votre contribution dans les réseaux sociaux pour une semaine, seulement en 2 heures.
  • Ne perdez pas le temps à lire tous les tweets et les News.
  • Choisissez les actualités qui vous intéressent en vous inscrivant sur feedly (feedly.com) par exemple, ainsi ce sont les News qui viendront vous chercher et pas le contraire.
  • Définissez les priorités pour votre support client et faites la différence entre demande d’intervention urgente et pas urgente.
  • Déléguez les tâches qui vous prennent du temps et sur lesquelles vous n’êtes pas efficace.
  • Préférez la mono-tâche (travaillez une seule et unique tâche du début à la fin avant de passer à la tâche suivante) de la multitâche car celle-ci nuit gravement à votre cerveau.
  • Ne répondez pas aux appels personnels pendant votre travail sauf en cas d’urgence.
  • Ne consultez pas les réseaux sociaux sauf le matin et en fin de journée.
  • Faites du sport ça vous aidera à mieux vous focaliser sur votre travail.

 

26 – Ne pas s’adapter à la culture de ses clients

Une simple « bonne fête de l’Aïd », « Joyeuses Pâques » ou « Joyeuse Hanoucca » peut rendre votre client très admiratif de vous. Dans ce monde où tout est connecté à tout mais pas tout a la même culture de tout, nous sommes obligés de nous adapter et chercher les moyens de communication qui plaideraient à tous. Ça ne vous demande pas trop d’efforts de connaître les habitudes et les cultures de vos clients. Vos clients sont avant tout des êtres humains qui ont leurs propres méthodes de communiquer et d’être traités. Alors traitez avec la plus haute considération et le plus haut respect car ce sont eux votre source de revenu et d’existence.

 

27 – Vous ne parlez pas Anglais

Si vous ne parlez pas anglais, il faut absolument l’apprendre. L’anglais est une langue facile à apprendre et maitriser. Si vous vous exercerez dans le digital, l’anglais vous aidera beaucoup à comprendre ce qui se passe autour de vous. Sachant que la grosse majorité des blogs et sites en technologies et digital sont écrits en anglais, vous avez beaucoup de chance à en tirer du vrai bénéfice pour votre business. Il suffit de savoir que les 10 blogs qui générèrent le plus d’argent dans le monde sont anglophones (http://blog.ignitespot.com/blog/small-business-marketing-idea). Avoir un site web représentant votre activité en anglais et français, est un facteur assez important pour vous trouver facilement sur le web. Les moteurs de recherche prennent au sérieux le fait que votre site web soit bilingue.

 

28 – Pas assez de marge

En se considérant startup, le dirigeant de celle-ci peut croire qu’il ne doit pas réaliser de grandes marges sinon les clients vont le fuir. En gros, certains dirigeants de startups veulent rester très modestes en matière de marge et profit. C’est une faute grave car la startup se trouve à déployer des gros efforts et d’énormes travaux pour un résultat assez modeste voire une marge qui ne pourrait pas couvrir les frais de la startup. Une startup doit faire un travail de fond pour définir les prix de revient et les prix de vente. Elle doit réaliser la marge qui lui permettra de vivre et pas seulement de survivre. Un vrai travail de persuasion et de marketing doit se faire pour convaincre les clients à acheter les produits aux prix proposés. La startup doit aussi faire la différence entre la vente du produit et le service qui suit. Un service client gratuit et sans limite engendre une perte de temps pour la startup et donc une perte d’argent. Définissez tous vos services, leurs coûts et leurs prix. Réalisez des marges qui vous permettent vraiment de bien mener votre activité, et pour une fois, ne soyez pas modeste sur ce point en particulier.

 

Mais où est le temps pour faite tout ça ?

 

startup pas de temps

 

 

Désolé mais vous êtes obligé de vous organiser et trouver le temps pour ne pas tomber dans ce type de fautes. Essayez de vous poser toujours ces deux questions :

  • Qu’est ce qui m’empêche à faire telle ou telle chose ? (identifier le problème)
  • Quel est le plan pour faire cette chose ? (identifier la solution)

Votre startup est un élément appartenant à votre corps tout comme le cœur. Vous l’avez créé vous-même, et vous voulez qu’elle réussisse. Pour réaliser votre objectif, il faut la gérer avec efficacité. Ne lâchez rien, soyez concentré, déterminé, prenez du recul quand les choses ne vont pas dans le bon sens. Et comme disait Steve Jobs :

Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent en quelque sorte déjà ce que vous vraiment devenir. Tout le reste est secondaire.

3 Commentaires

  1. octobre 19, 2015 12:01

    Thanks very interesting blog!

  2. Dina
    mars 13, 2018 08:25

    Article très intéressant, merci.